You are currently viewing Plogoff
  • Post category:Etape
  • Post last modified:29 mai 2021

Plogoff vient du breton « ploe » (paroisse) et de saint Cov ou Colodoc, Kénan, Quay, Ké qui est né en Irlande et vient à Tours, où il se fait religieux dans le monastère de Saint-Martin. Après avoir été évêque de Dulek, au nord de Dublin, il revient sur les côtes du Léon.
On rencontre les appellations suivantes : Ploegomff (vers 1330), Ploegoff (en 1368, 1379 et 1394).

Plogoff, l’emblème du Finistère

Plogoff est une commune située à l’extrême Ouest de la Bretagne. Ce  n’est pas un lieu où l’on passe par hazard ! C’est le “bout de la terre”.
On y vient pour s’y arrêter, pour découvrir ce paysage exceptionnel et faire une escapade le long des chemins côtiers ou de grande randonnée qui nous emmènent jusqu’à la grandiose Pointe du Raz labellisée “Grand Site de France”. Nous y  découvrons le savoir-faire et l’astuce des habitants dans leur lutte pour préserver une nature qui inspire l’humilité.
Nous irons à la rencontre de ses plages, criques et ports-abris, de ses chapelles, calvaires, lavoirs et de ses hameaux fidèles à leur architecture traditionnelle.

Plogoff, un lieu où il faut s’atarder.

De l’anse du Loch où la route recule au fil des tempêtes jusqu’à la baie des Trépassés où il est recommandé aux âmes éprises de romantisme de venir en hiver, Plogoff offre au gré du cycle des saisons un spectacle en changement perpétuel. C’est à la fois un retour vers le passé avec un lieu exceptionnellement bien préservé. C’est aussi un présent avec cette lutte de la mer contre la terre et des habitants qui sont au milieu de ce combat perpétuel. Enfin, c’est une part de rêve, de plaisir et de communion avec la nature.

Plogoff c’est aussi des légendes

Une légende prétend que c’est dans la Baie des Trépassés (Cap Sizun) (bae an Anaon) que Gradlon lâcha sa fille, qu’il portait sur l’encolure de son cheval. Enchantée par le diable, la princesse avait subtilisé la clef des portes de la ville d’Ys au cou de son père. Ce diable déguisé en beau prince lui soutira cette clef et ouvrit les portes de la ville par une nuit de tempête. L’alerte fut sonnée dans la ville et Gradlon parvint à s’échapper sauvant sa fille derrière lui sur sa monture. L’évêque de Quimper accourut devant ce théâtre, vit le diable s’envoler et comprit la faute commise. Gradlon apprenant la forfaiture de sa fille abandonna la jeune femme aux flots en furie, tandis que derrière lui, Ys disparaissait dans l’océan déchaîné. On dit que depuis la princesse pleure sa tristesse dans le raz de sein, enchantant les marins jusqu’à la baie des Trépassés, cette plage de sable battue par la houle qui s’ouvre face à l’Atlantique entre la pointe du Raz et la pointe du Van

La peste à Plogoff

Au XVIème siècle, en 1580, la peste apparut en Europe du nord. Elle se répandit jusqu’en Espagne et au Portugal où elle est signalée en 1602. Endémique, elle se développait partout en Europe, principalement par les voies maritimes. C’est ainsi qu’elle apparut à Plogoff. Les équipages étaient décimés par cette maladie fatale. Lors des naufrages, les riverains montaient à bord et rapportaient les dépouilles des cadavres à leur domicile. Ils ne tardaient pas à ressentir les premiers symptômes de la peste. La croyance populaire attribuait cette fatalité à une punition venue du « ciel ». De nombreuses superstitions virent le jour ainsi que l’appel à la dévotion pour obtenir une improbable guérison miraculeuse mais sûrement le paradis.

Plus près de nous la lutte contre le Nucléaire

À la fin des années 1970, l’État français a voulu implanter une centrale nucléaire sur le territoire de la commune. Le projet fut rejeté massivement par les plogoffistes et d’autres partisans anti-nuclaires venus de toute la Bretagne voire de la France entière. Le conflit, souvent violent, dura plusieurs semaines. L’opposition à la construction, répertoriée sous le vocable « les évènements de Plogoff », est la première manifestation majeure contre la politique nucléaire française.
Ce combat anti-nucléaire remporté de haute lutte par les opposants au projet de centrale a été à l’origine de plusieurs livres, de deux films (Plogoff, des pierres contre des fusilsL’affaire Plogoff), de nombreux articles de presse et de dizaines d’affiches

Plogoff aff2
Plogoff Aff1

Rédaction de l’article en cours….

Laisser un commentaire