Langueux
  • Post category:Etape
Mis à jour pour la dernière fois le

Bénéficiant d’un climat tempéré et de terres d’une richesse exceptionnelle, les Langueusiens se lancèrent dans le maraîchage à partir de la moitié du XIXe siècle.

Bien évidemment, cultures et techniques évoluèrent au fil du temps ; et si oignons, carottes, plants de choux sont restés dans la mémoire collective, on ne peut oublier les expériences de culture d’haricots, pois roux, mais aussi prunes et… moutarde !

Très tôt, les maraîchers langueusiens prirent l’habitude de commercialiser leur récolte au porte à porte dans toute la campagne bretonne, en charrette à cheval. Seuls les plants de choux étaient vendus ; oignons et carottes étaient échangés contre des céréales revendus sur la place du « marché au Blé » à Saint-Brieuc (aujourd’hui place de la Résistance, près de la poste).

La surchampterie prit une nouvelle dimension avec l’apparition du chemin de fer : les maraîchers pouvaient s’absenter plusieurs mois, se faisant expédier de la marchandise au fur et à mesure de leurs besoins.

Les habitants de Langueux, d’Hillion et d’Yffignac se livraient au colportage du sel qui était extrait des salines de Langueux et était réputé pour sa blancheur éclatante et son goût. On vendait aussi les résidus, attachés aux parois des chaudières qui avaient servi à l’évaporation de l’eau de mer et qui formaient un sel de moins bonne qualité.

Les salines d’Yffignac et de Langueux cessèrent leur activité vers 1860, victimes de la concurrence du sel provenant de salines plus méridionales permettant d’obtenir du sel par des procédés plus économiques.

Les sauniers se reconvertirent donc dans le maraîchage, qu’ils exerçaient alors de manière saisonnière.

  • Le viaduc de Douvenant

Le viaduc de Douvenant est un viaduc à voûtes construit entre 1903 et 1905 par Louis Harel de La Noë pour les Chemins de Fer des Côtes-du-Nord. Il est situé entre les communes de Saint-Brieuc et Langueux. Il était utilisé par les lignes Saint-Brieuc – Moncontour et Saint-Brieuc – Saint-Briac.

C’est le plus majestueux de la série de treize viaducs dits du type « Grognet ».

Le viaduc est inscrit au titre des monuments historiques en 2018

  • Le viaduc du Vau-Hervé, également appelé pont de chemin de fer

C’est un pont en arc construit entre 1902 et 1905. Il a été conçut pour la ligne Saint-Brieuc – Moncontour des Chemins de Fer des Côtes-du-Nord du premier réseau par Louis Auguste Harel de La Noë.

  • La grève des Courses

  • La promenade Harel de la Noë & le Petit Chemin de Fer

  • Chemin de Fer de la Baie de Saint-Brieuc

L’ensemble est animé par l’Association des Chemins de Fer des Côtes-du-Nord, une association créée en décembre 1986 pour faire revivre l’ancien réseau départemental qui, avec ses 452 km de voies à l’écartement métrique fut l’un des plus grands réseau de France.

  • La Briqueterie

La Briqueterie, écomusée située dans un écrin de verdure, le long des grèves de Langueux, a été construite sur les vestiges d’une ancienne fabrique de tuiles et de briques, la Tuilerie – Briqueterie de Saint – Ilan. Ouvert en 2002, le site possède un four Hoffmann, témoin parfaitement préservé de l’activité de l’ancienne usine qui s’intègre parfaitement dans un parcours muséographique permanent dédié à l’Homme en baie de St-Brieuc.

Le site dispose également d’un espace d’exposition temporaire et d’une boutique. La Briqueterie est un équipement de Saint-Brieuc Agglomération.

  • Les grèves et Les Salines

Article suivantRead more articles

Laisser un commentaire